Histoire du Grand Choeur

Le Début.

La chorale À Coeur Joie de Grenoble a été créee en 1947, par André Béroff étudiant. C’est une des premières chorales affiliées au mouvement ACJ.

circa 1960
Le Grand Choeur circa 1960

Plusieurs chefs se sont succédés après André, (au moins 3) et Francine Bessac a pris la suite en 1960, succédant à Jacqueline Bonvallet , professeur d’éducation musicale, qui a quitté Grenoble pour Versailles. Francine a pris sa retraite en 2016, confiant le Grand Choeur À Coeur Joie à Christophe Jean-Baptiste., dont le père Lucien était un musicien, chef de choeur, d’orchestre, un membre important d’À Coeur Joie.Tel père, tel fils !

Donc, en 2017, Le Grand Choeur a fêté ses 7O années !

Francine Bessac, un chef de choeur d’exception

Après la reprise en 1960 par Francine Bessac, l’effectif de la chorale s’accroît rapidement, et elle aborde alors des œuvres plus importantes : oratorios, messes, cantates de Schütz, Carissimi, Buxtehude, Bach, Schubert, avec parfois le concours de l’Orchestre de Chambre Jean-François Paillard.

1983 – Enregistrement des Petites Liturgies : Francine avec Olivier Messiaen et Yvonne Loriod.

Après la création de l’Ensemble Instrumental de Grenoble en 1972, le chœur entame une collaboration régulière avec celui-ci, laquelle se développera au fil du temps, sous la direction de ses chefs titulaires Stéphane Cardon puis Marc Tardue, et de chefs invités : José Aquino, Bernard Têtu, Johannes Homberg, Fritz Weisse, Emmanuel Krivine … (avec ce dernier une Passion selon Saint Jean de Bach exceptionnelle).

Le Grand Chœur s’est produit avec d’autres orchestres, principalement avec l’Orchestre Universitaire de Grenoble (« l’Orchestre ») que dirige Patrick Souillot, et aussi avec l’Orchestre de Lituanie, l’Orchestre de Bratislava (Slovaquie), l’Orchestre de chambre de Miskolc (Hongrie), l’Orchestre Régional Bayonne-Côte Basque …. Ces diverses collaborations lui ont permis d’élargir considérablement son répertoire.

Par ailleurs le chœur n’a jamais négligé le répertoire d’œuvres a cappella, pratique extrêmement exigeante et essentielle pour faire progresser un chœur. Dans cette optique, en 1997-98, pour marquer le cinquantième anniversaire de sa création, le Grand Chœur a donné une série de neuf concerts avec l’impressionnant Concerto pour Chœur du compositeur russe Alfred Schnittke (1934 -1999), (première en France), le dernier concert ayant eu lieu à Paris en l’église St Louis-en-l’Ile bien remplie.

Les Années 2000

Avec Marc Minkowski et les « Musiciens du Louvre – Grenoble », le Chœur a interprété sous sa direction, la cantate 140 de Bach et le Te Deum d’Arvo Part. Plus récemment, à la tête de l’Orchestre Lyon-Région, Francine Bessac a dirigé le Requiem Allemand de Brahms, et ultérieurement repris le Te Deum d’Arvo Pärt. Avec l’Orchestre « le Concert inattendu », elle a dirigé le Requiem de Mozart. et l’année suivante, dans sa version pour orgue, celui de Maurice Duruflé.

En 2012 « le Messie » a été donné cinq fois, dans la région grenobloise, avec « l’Orchestre », dirigé par son chef, P.Souillot et F.Rouillon (son assistant).

En 2015, Les « Chichester Psalms » de Leonard Bernstein ont fait l’objet de 3 concerts.

En 2016, après 4 concerts Mozart (Requiem) – Puccini ( Messa di Gloria) avec l’Orchestre Symphonique Universitaire de Grenoble (Patrick Souillot), le Grand Chœur a dit au revoir à son chef, Francine Bessac, après 56 ans de direction, lors de 3 concerts Mendelssohn (Psaume Op78 pour 2 chœurs)-Fauré (Requiem) – Joubert (Création de son Alléluia pour 3 chœurs).

Depuis septembre 2016

À partir du 1er septembre 2016, Le Grand Chœur est dirigé par Christophe Jean-Baptiste. Les premiers concerts, à guichet fermé, étaient la Misatango du compositeur contemporain argentin, Martin Palmeri. La chorale était également invitée à participer aux Folles Journées de Beethoven qui ont eu lieu au Musée de Grenoble en février 2017.

En avril 2018 la chorale s’est produit de nouveau à la salle Messiaen de Grenoble dans deux concerts de Brahms et Rossini.